Tu seras un homme, mon fils ♥!

ob_fc9bf4_f695f24dAu fil des siècles, il y’a bien des hommes qui ont immortalisé leurs moments. Assez souvent ils ont eu « un don » spécial, une belle plume qui leur a été fidèle jusqu’à leur dernier souffle. Parmi cette plume magique, Rudyard Kipling m’a envouté récemment. J’ai pris son poème couplet par couplet. Incroyablement les mots me « parlent » et me concernent. Ces écrits ont fait vibrer mon âme et mon cœur, et ont réveillé ma sensibilité « endormie » depuis fort longtemps. Que dirai-je de plus, de mieux ! Lisez-le et constatez-le vous-mêmes ? Je suis sûr que vous serez touché d’une manière ou d’une  autre et qu’il vous aidera à évoluer. Pour bien comprendre ce texte aujourd’hui, il faut replacer ce poème dans son contexte. Écrit en 1910, Rudyard Kipling s’adresse à son fils alors âgé de 12 ans. Il célèbre la vertu britannique de l’ère victorienne. Cinq plus tard en 1915, son fils est mort durant la 1ere guerre mondiale. Son corps n’a jamais été retrouvé et jusqu’à ce jour seule cette inscription y figure sur la tombe des soldats inconnus «  Known unto God » « Connu seul de Dieu ». Même si que  Rudyard Kipling était noble de retenir ses émotions et de dominer ses passions. Son poème, à l’heure actuelle, peut avoir une autre interprétation. Il appelle au courage de celui qui subit une épreuve. Je partage sans attendre ce poème très célèbre qui a influencé tant de lecteurs et ému beaucoup des personnes. Le-voici avec son titre originale “If-” de Rudyard Kipling (1910) traduit de l’anglais par André Maurois (1918).

quote-si-tu-peux-voir-detruire-l-ouvrage-de-ta-vie-et-sans-dire-un-seul-mot-te-remettre-a-le-rudyard-kipling-189563

 

SI… TU SERAS UN HOMME, MON FILS

Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie

Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,

Ou perdre en un seul coup le gain de cent parties

Sans un geste et sans un soupir ;

Si tu peux être amant sans être fou d’amour,

Si tu peux être fort sans cesser d’être tendre,

Et, te sentant haï, sans haïr à ton tour,

Pourtant lutter et te défendre ;

Si tu peux supporter d’entendre tes paroles

Travesties par des gueux pour exciter des sots,

Et d’entendre mentir sur toi leurs bouches folles

Sans mentir toi-même d’un mot ;

Si tu peux rester digne en étant populaire,

Si tu peux rester peuple en conseillant les rois,

Et si tu peux aimer tous tes amis en frère,

Sans qu’aucun d’eux soit tout pour toi ;

Si tu sais méditer, observer et connaître,

Sans jamais devenir sceptique ou destructeur,

Rêver, mais sans laisser ton rêve être ton maître,

Penser sans n’être qu’un penseur ;

 

Si tu peux être dur sans jamais être en rage,

Si tu peux être brave et jamais imprudent,

Si tu sais être bon, si tu sais être sage,

Sans être moral ni pédant ;

Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite

Et recevoir ces deux menteurs d’un même front,

Si tu peux conserver ton courage et ta tête

Quand tous les autres les perdront,

 

Alors les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire

Seront à tous jamais tes esclaves soumis,

Et, ce qui vaut mieux que les Rois et la Gloire

Tu seras un homme, mon fils.♥

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s