Livres

5 MES LIVRES

INVICTUS

Broché: 180 pages

Disponibilité: Décembre 2016
Résumé;

Lorsqu’elle sort, diplôme en poche, de l’université de Djibouti, fathia n’avait qu’une seule newsletter (1)ambition: devenir enseignante et mener une vie paisible. Extrêmement brillante, sérieuse et ambitieuse, l’enfant de balbala se retrouve à la croisée des chemins. Face aux inébranlables problèmes auxquels sa mère fait face, la jeune fille avec la complicité de son amie sirade , sera en rupture contre l’ordre et le désordre de la banlieue. Femmes aux sexes et bouches cousues, elles voudraient échapper à l’enfermement de cette société machiste et oppressive. Elles voudraient changer le visage brouillant de leur quotidien. Par ce roman, warmog nous plonge dans l’univers impitoyable de balbala, cette banlieue où s’entassent les plus pauvres du pays.


SANS MOT DIRE, SANS MAUDIRE

200 pages

Disponibilité: RENTRÉE LITTÉRAIRE 2017

Dédicace: A tous les enfants victimes de la
bêtise des adultes.

A tous ceux, trop peu nombreux qui
se battraient pour le Droit des orphelins.

Alors qu’elle commence un nouveau chapitre de sa vie à Villeneuve-d’Ascq, une commune française non loin de Lille, l’héroïne n’avait jamais imaginé qu’elle serait un jour obliger d’écrire un roman pour atténuer les douleurs et les souvenirs de sa tendre enfance et de son adolescence à Djibouti.
Pour faire plaisir à sa mère, elle a longtemps supporté les violences verbales faites à son encontre. Mais lorsque les cruautés et les indignitROMANés excédent la normalité, elle laisse éclater sa colère. Il y a pour le lecteur comme un effroi devant ce qui se commet…La méchanceté gratuite. Entre Vérité et Famille, Voisins et Connaissances, elle dit tout sur un ton dolent mais affectueux pour éviter les reproches. Au fil des pages, l’auteure fait apparaître peu à peu , la brave femme que fût sa mère. L’écriture révèle progressivement la face cachée de la société Djiboutienne. Du début à la fin, quand ce n’est pas la tempête, c’est l’orage. Tout est triste. Les mots comme les tragédies racontées. Mais la narration est douce. Le voyage reste présent dans ce roman. On y aborde des questions « universelles »: l’immigration; l’intégration; la corruption, le droit de la femme, le Droit de l’enfant (orphelin)…etc. Il y a dans son écriture, une élégance de la discrétion; de la simplicité, de l’émotion; de la modestie assumée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s